Un bon liquide, c’est un liquide qui nous donne plus de plaisir à vapoter qu’à fumer

Le nombre de liquides différents qu’on nous propose aujourd’hui est immense, à tel point qu’aucun magasin de vape, même les plus gros sites en ligne, ne peuvent pas tout proposer.
Les variétés de liquides sont nombreuses, les nuances infinies : il est impossible de s’y retrouver quand on débute !
Essayons de nous repérer et de voir ce qu’il faudrait essayer en débutant.

cosmos-114954

D’où viennent les arômes ?

Les arômes sont des compositions de molécules dont le but est de reproduire le goût de certains aliments. Il faut souvent des dizaines, voire des centaines de molécules différentes pour se rapprocher d’un goût.
Leur composition et le travail de spécialistes, travaillant principalement pour la cuisine : naturels ou artificiels, nous utilisons pour la vape les mêmes arômes que ceux que l’on retrouve par exemple dans les yaourts aux fruits (à l’exception des tabacs, qui sont spécifiques).
Les producteurs de liquides font des compositions de ces arômes pour nous délivrer des liquides agréables à vapoter.
La liste des arômes n’est pas indiquée sur les flacons, seule la sensation globale ou l’intention de l’assembleur est indiquée, ce qui n’est pas toujours très clair pour choisir. Mais en même temps, la liste des molécules présentes ne nous aiderait pas plus, au contraire.

Sur le plan de la santé, on sait que le PG et la VG ne sont pas nocifs pour la santé. Pour les arômes, il reste des questions : il n’y a pas de signes disant que vapoter des arômes pendant des années causerait des problèmes, mais on sait aussi que certains composants utilisés pour aromatiser les liquides peuvent être dangereux s’ils sont pris à haute dose ou transformés par une température trop forte de vaporisation.
Toutefois, les taux de ces composants dans les liquides sont très faibles, bien en dessous des normes, et la plupart des fabricants européens les évitent.
Des études systématiques sont en cours pour normaliser les arômes et les additifs, on peut faire confiance aux liquides européens. Pour les autres, faut voir, se renseigner, tout le monde n’étant pas transparent.

 

Quel est le bon arôme pour moi ?

Il n’ y a pas de réponse à cette question : l’arôme universel qui plairait à tout le monde n’existe pas, il y a même des arômes qui nous plaisent beaucoup dans la nourriture qui ne nous plaisent pas en vapotant : pour moi c’est la poire par exemple, j’adore les poires, mais je n’aime pas du tout les liquides à la poire que j’ai essayé jusque là. Pas glop !
Inversement, on peut aimer des arômes dans la vape alors qu’on ne les apprécie pas plus que ça en nourriture.

Bref, ceci et tout à fait subjectif et la solution pour trouver les arômes qui nous plairons, c’est de les essayer.

C’est important : le plaisir du goût va être un des éléments centraux pour nous aider à ne pas craquer pour une clope.

Chaque vapoteur devrait disposer de 3 ou 4 liquides qui lui donne plus envie de les vapoter que de prendre une clope.

5d46ad656f32c95ab03cb3ad36a95285--quitting-cigarettes-electronic-cigarettes

Choisissez vous même en essayant !

Dans les boutiques, le plus souvent, on conseille aux débutants de commencer avec des arômes de type tabac.
Bon, c’est malin, on se dit que pour quitter la clope en douceur, retrouver à la fois le geste, la vapeur et le goût du tabac dans une vapoteuse, ça peut marcher.
Mais… c’est pas une martingale non plus, tout le monde n’aime pas… et il n’est pas certain que rester sur un arôme tabac soit le meilleur moyen de s’aider à quitter la clope !

Il faut savoir aussi que les liquides « tabac » ne font pas l’effet d’une clope : c’est plus l’odeur du tabac frais que l’on vape, pas du tabac fumé.
Bref, essayez, mais ne vous attendez pas à avoir une saveur de clope, c’est pas pareil.
Et du coup, autant essayer des trucs vraiment différent, comme des tartes au citrons ou des mojitos !
Prenez le risque !

 

 

Comment essayer des liquides ?

Il y a trois grandes manières de faire :

  1. La meilleure est probablement d’aller dans un magasin de vape : ils sont équipés pour faire essayer de nombreux liquides, c’est une des spécificités de la vape. Surtout ne soyons pas timides : on prend le temps d’essayer, et tant qu’on a pas trouvé on continue, même si le vendeur commencent à s’impatienter ^^
    L’inconvénient éventuel, c’est que les magasins n’ont pas tous les liquides, loin de là. Mais en général ils sélectionnent leurs gammes, donc ce sont de bons liquides et il y a suffisamment le choix pour faire son marché.
  2. Sur les sites en ligne, la variété est plus grande. Mais il faut choisir à l’aveugle en se fiant uniquement aux descriptions et aux retours des clients. On se trompera donc régulièrement, mais on découvrira aussi des perles, un peu au hasard, et puis c’est pratique, on clique et on n’a plus qu’à attendre son petit paquet deux jours
  3. Prendre des échantillons : certains sites spécialisés offrent des packs d’échantillons de liquide de 2 ml. Ça nous permet de tester 4 ou 5 liquides pour le prix d’un seul, c’est intéressant pour débroussailler, quitte à chercher de meilleurs liquides ensuite, dans un type d’arôme qu’on a apprécié.
    D’autres sites nous proposent des abonnements : chaque mois on reçoit une sélection de liquides, en général de grande qualité. Ca permet d’avoir des surprises chaque mois, et en général c’est un peu moins cher qu’en achat individuel. Il faut aimer les surprises et assumer que certains liquides ne nous plairons pas.

Evitez les sites de vente en ligne exotiques dont on ne connait rien. C’est pas cher, mais qu’y a-t-il dedans ?
Evitez aussi les buralistes : j’ai rien contre eux, mais leurs gammes de liquides ne sont pas de bonne qualité aujourd’hui. et on ne peut pas les goutter avant de les acheter.

Et puis bon… c’est pas une bonne idée d’aller au tabac quand on a du mal à arrêter de fumer ^^

 

Les grands types d’arômes

 

Les classics (tabacs)

Il s’agit d’arômes extraits du tabac, ils sont dénommés « classics » dans les boutiques, puisqu’ils n’ont plus le droit d’utiliser le mot « tabac ». Il y a des arômes de tabacs blonds, bruns, parfumés… ne nous fions pas trop aux descriptions : il faut essayer et se laisser surprendre.

 

Les fruités

Quand on aime les fruits, ça peut-être une bonne idée de tenter ces arômes dès le début. Là encore, goûtez avant, certains liquides étant très proches des fruits, d’autres étant plus « chimiques », ce qui n’est pas nécessairement péjoratif : certains adorent vapoter de la fraise tagada ou du melon. Il y a aussi pas mal de mélanges qui sont intéressants, quoique inattendus : l’un des succès de ces dernières années, c’est un liquide Cassis Menthe… j’aurais pas osé moi !

 

Les gourmands

On appelle « gourmands » des liquides qui proposent des goûts de gâteaux, de céréales ou de crèmes vanillées par exemple. Ils sont en général assez sucrés. Certains adorent vapoter des céréales fruitées ou de la crème anglaise vanillée (custard).

 

Les boissons

Il s’agit en général de reproduire le goût de cocktails ou de boissons classiques : mojito, punch, absinthe, anis… le choix est vaste et ces liquides peuvent être très agréables.

 

Les frais

Il y a deux types de liquides frais : ceux à base de menthe ou du menthol, ceux à base de fruits ou de plantes (anis par exemple) avec un additif donnant la même sensation de fraîcheur que le menthol. C’est en général une très bonne alternative à la cigarette.

 

 

Au début, l’exploration de différents liquides peut sembler bizarre : on n’était pas habitué à ça pour la cigarette.
Avec l’expérience, ça peut devenir le grand plaisirs de la vape : découvrir de nouveaux goûts, retrouver le plaisir des saveurs, là ou il y avait surtout une addiction. C’est une forte contribution à la réussite du sevrage et certains vapoteurs continuent à pratiquer après avoir réussi leur sevrage, en vapotant du liquide sans nicotine, juste pour le plaisir du goût !

En bref :

Goûter différents liquides dans un shop, prendre le temps, même si le vendeur n’en peut plus ^^
En choisir 2 ou 3 différents et renouveler au fil du temps, varier les plaisirs.
Ne surtout pas chercher à baisser son taux de nicotine, ce n’est pas le moment.

 

Publicités