Le drip-tip, souvent livré d’origine avec nos atomiseurs est une pièce assez peu considérée, alors que son influence sur la vape n’est pas insignifiante du tout.

Bien sûr la première raison de s’intéresser aux embouts de nos vapoteuse est esthétique.

Pour harmoniser un atomiseur en acier avec une box verte, rien de tel qu’un drip tip vert !

 

Ok, c’est un peu kitsch…

 

… et là un peu chargé… mais c’est cohérent !

 

Sur le plan esthétique, chacun cherchera (ou pas) à optimiser la cohérence de sa machine à vapoter, mais ne n’est pas le propos de cet article, centré sur l’utilité pratique des drip tips.

Les drip-tip ont une influence sur plusieurs points, que l’on peut regroupe en 4 catégories :

  • L’hygiène
  • La température
  • Le confort
  • Le tirage

 

L’hygiène

Les drip tips en métal se salissent plus et plus vite que les drip tips en matières plastiques.

En effet, la peau de nos lèvres est fine, elle se renouvelle assez vite, sans qu’on s’en aperçoive vraiment jusqu’au jour ou l’on vapote et qu’on se demande d’ou viennent ces affreux dépôts jaunâtres sur notre drip tip !
Et je ne parle pas d’autres débris qui pourraient se coller en vapotant en même temps que de dévorer un hamburger… ^^

 

Métal ou plastique ?

La peau humide (de salive) colle très bien sur les métaux, et colle peu sur le plastique.

Les drip tips en métal sont donc sales plus vite et plus difficiles à nettoyer.

Les drip tips en matières plastiques (en particulier la résine, le POM (Delrin), le PTFE (teflon) et l’ULTEM) collent moins, ou pas du tout ils se salissent moins vite et se nettoient facilement (le verre et le PMMA (plexiglas) collent un peu plus, mais moins que les métaux).

Si vous ne voulez pas nettoyer vos drip tips en permanence, optez donc pour le plastique.

 

Gravés ou lisses ?

Certains drip tips sont gravés, c’est joli.
Ces gravures sont aussi des nids à saletés, qui seront de surcroît difficiles à nettoyer.
Du point de vue de l’hygiène, mieux vaut un drip tip lisse.

Enfin, au delà des saletés visibles, nos drip tips sont baignés de salive, et fournissent un bon terrain de développement pour les bactéries.
Il est utile de les désinfecter régulièrement, ne serait-ce qu’en les nettoyant au savon, voire avec un antiseptique.

 

 

La température de la vapeur

Plus un drip tip est long, plus il refroidit la vapeur.

La vapeur est produite entre 180 à 250 ° au niveau des résistances.
Ensuite elle se refroidit en se mélangeant à de l’air, et en traversant une cheminée (dans un atomiseur tank) avant d’arriver dans le drip tip.
S’il est long, il prolonge le trajet et donc le refroidissement.
S’il est court, il préserve la température « naturelle » de l’atomiseur.

Est-il mieux de refroidir la vapeur ?
Non non, ça dépend : certains liquides s’expriment mieux avec une vapeur tiède ou chaude (certains tabacs et certains gourmands par exemple), d’autres sont meilleurs avec une vapeur froide (souvent les fruités et les saveurs fraîches).

Par ailleurs, certains vapoteurs aiment la vapeur assez chaude, d’autres plutôt froide.

C’est donc une affaire de goût et d’adaptation : si on a besoin de refroidir un peu la vapeur d’un atomiseur;  un drip tip long est une bonne solution.

Ok, celui là est très long : 7cm !
Mais il refroidit bien, surtout qu’il est en acier.

 

Voici une longueur plus raisonnable, mais qui fonctionne bien tout de même.
Esthétiquement, c’est à chacun de voir !

 

Le confort

Le confort en bouche dépend de la forme et du diamètre du drip tip.

La forme des drip tips influent la manière dont on les porte à la bouche et sur la manière dont on va aspirer l’air.
Par exemple, avec un drip tip fin, nous avons tendance pincer les lèvres et cela va bien avec une inhalation indirecte.
Inversement, un drip tip très large ouvre les lèvres et fonctionne bien avec une inhalation directe puissante.

Certains drip tips sont même très larges, on pose les lèvres dessus sans les entourer.

 

La forme la plus répandue est le cylindre : on peut jouer sur la longueur et la largeur pour trouver son confort.

Les drip tips en forme de vase sont moins à la mode, mais peuvent être très confortables pour l’inhalation indirecte.

 

Une question se pose ici, le standard de fixation.
Pour qu’un drip tip puisse être installé sur un atomiseur, le diamètre de sa base doit être le même que celui du trou de l’atomiseur.

Le diamètre historique est le « 510 ».
Le diamètre de la base est d’environ 8,5 mm, sa profondeur de 5 à 6 mm.
La fixation est assurée par un ou deux joints en silicone, sur la base du drip tip.
C’est le standard le plus répandu, et qui donne lieu aux formes les plus variées.

Depuis quelques années, une autre norme est apparue, d’abord sur les drippers pour les ouvrir plus, le « 810 ».
Le diamètre de la base est d’environ 12,5 mm et sa profondeur de 4 mm.
La fixation est aussi assurée par des  joints en silicone, mais ils sont dans le trou de l’atomiseur, pas sur le drip tip.
Ce standard est dédié à l’inhalation directe, on ne trouve que des drip tips larges et courts.

Mais attention, il y a aussi des drip tip qualifiés de « 810 », ou « wilde bore« , qui ont des joints et dont le diamètre de fixation est différent, par exemple ceux qui vont sur les atomiseurs TFV de Smok.
En effet, les normes 510 et 810 ne sont pas vraiment des normes, et les fabricants font un peu ce qu’ils veulent, en proposant leur propres formats, éloignés des standards.
Ca ne nous facilite pas la tâche dans la recherche de drip tips alternatifs !
Il convient de vérifier quel type de drip tip sera compatible avec l’atomiseur à équiper.

 

Le tirage

Le diamètre interne du drip tip conditionne le tirage de l’atomiseur.

On ne pense pas toujours à regarder le diamètre interne du drip tip, alors qu’il va avoir une grande influence sur la vape.

S’il est large, il laissera passer la vapeur sans la restreindre, et permettra l’inhalation la plus ouverte que l’atomiseur lui même peut fournir.
S’il est étroit, il restreindra le passage de la vapeur, pour une inhalation plus serrée, voire indirecte.

Certes, le flux d’air se règle d’abord avec la bague de réglage dédiée sur l’atomiseur.
Mais il est intéressant d’accorder le drip tip à ce réglage, en fonction de ce que l’on souhaite.

Par exemple, si on veut un tirage très ouvert, il est possible que le drip tip d’origine soit un peu étroit, et ne permette pas d’ouvrir vraiment le flux d’air : un drip tip au conduit plus large le permettra.
Inversement, quand on veut restreindre le flux d’air, on a intérêt à poser aussi un drip tip fin, pour garder un flux d’air dynamique jusqu’à la bouche. Les saveurs seront mieux rendues.

 

Le Merlin (Augvape) est un bon atomiseur, livré avec un drip tip 510 assez large, qui convient très bien pour de l’inhalation directe.
Il dispose de réglages permettant de l’utiliser en inhalation indirecte. Mais dans ce cas, le drip tip n’est pas adapté.

 

Ce drip tip, dont le conduit est fin, permet de préserver mieux les saveurs jusqu’à la bouche.
Peu importe la forme, j’aurais aussi pu mettre un drip tip comme celui-ci : 

 

 

Quelques exemples de mariages

Ces deux atomiseurs (Endura et FEV) son dédiés à l’inhalation indirecte.
Leurs drip tips d’origine sont longs et fins, ce qui est logique pour ce type de tirage.
Celui de l’Endura est en plastique, il reste propre plus longtemps.

 

Le FireBird est livré d’origine avec un drip tip long et fin, qui se marie bien avec le design de l’atomiseur.
Mais du coup, il refroidit la vapeur et serre un peu le tirage, alors que l’atomiseur peut aussi bien fonctionner avec un flux d’air plus ouvert et une température de vapeur plus tiède.

 

Avec un drip tip plus large et plus court, il fonctionne mieux en inhalation directe.

 

Le Kylin et le Ammit 25 sont livrés avec plusieurs drip tips et peuvent utiliser aussi bien des format 510 et 810.
Pour utiliser le Kylin en inhalation très ouverte, j’ai mis le trip tip 810 le plus large.
Pour utiliser le Ammit en inhalation directe plus mesurée, je mets le drip tip 510 (qui est un modèle large).

 

Ce petit dripper est excellent, mais son drip tip d’origine ne me convient pas du tout : d’abord j’aime pas les drip tips blanc, mais surtout il est court et je me brûle régulièrement les lèvres en touchant le sommet de l’atomiseur.

 

Je lui adjoins donc un drip tip noir, plus large et plus haut, qui convient parfaitement à une inhalation directe.
Mais ce dripper produit une vapeur assez chaude, surtout quand veut lui faire produire une vape serrée…

 

Ce drip tip est un peu bizarre esthétiquement, mais il permet de refroidir un peu la vapeur.

 

Celui-ci est carrément étrange… mais il refroidit et resserre encore la vape, ce qui peut être agréable.
Par contre, l’atomiseur n’est plus vraiment un dripper dans cette configuration, la longue cheminée transforme les vapeurs et en diminue la qualité gustative.

 

Bref, chacun fera ce qui lui plait sur le plan esthétique, mais il est utile de s’intéresser à l’influence du drip tip sur la vape, à sa cohérence avec l’atomiseur et la vape qu’on souhaite avoir.

 

 

Publicités